AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

L'après Moira ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
RANG TEST

avatar
Avalone Vicente.


▌Messages : 675
▌inscris-le : 25/02/2010

MessageSujet: L'après Moira ... Ven 2 Avr - 11:06

Après avoir braver le mal sur cette
vallée pétrifiée, le moment vint pour Cian de quitter les terres
de gaell. Le mal qui se créa dans la poitrine de Moira fut
indéfinissable, elle ne le trouvait pas, elle le chercha tout en
donnant des coup d'épée aveugle à chaque vampire qui osait
s'approcher d'elle. Les pleures qui lui ruisselaient sur le visage
étaient plus que abondantes, ses joues ensevelit de ce liquide qui
prouva cette peine intense étaient redoutable sur sa peau qui
commençait à rougir mais en même temps, devint de plus en plus
pâle à cette recherche à laquelle elle s'intensifiait et qui ne
menait nulle part. La main viril de hoyt vint l'attraper en plein vol

-ne t'inquiète pas Moira, il vapasser les portes, je t'en fais la promesse.

Le regard béant, elle courait à
reculons toujours son poignet sous l'emprise du frère jumeaux qui
lui était horrible de regarder tellement il lui rappelait son amour.
Elle se laissa tomber au sol et le soleil se levait, son visage entre
les mains, ses larmes redoublèrent en force. Les cris de douleurs
qui l'entouraient couvraient ses cris de douleur, sa tristesse qui ne
cessait de s'abattre sur chacun de ses membres, de son coeur à
présent meurtrit par l'absence déjà pesante de son amour, de
l'homme de sa vie. Un poing au sol, elle se releva difficilement
voyant les gens hurler de joie. Larkin et Blair s'embrassèrent de
joie alors que Glenna faisait la roue sur la vallée pétrifiée
pleine d'un sang rouge recouvert d'un amas de poussière qui
s'envolait avec le vent du jour qui s'était légèrement lever. La
rage avait remplacer cette effroyable peine qui avait raidit tout les
traits de son visage, elle s'avança vers la colline de cette vallée
pétrifiée dont elle ne voulait plus en voir le bout. Son coeur
tapait contre sa poitrine alors que celle ci ne cessait de se
soulever tellement la respiration lui manquait, un manque
apparaissait en elle comme si on venait de lui arracher le coeur
d'une main plongé en elle. Elle ne marchait plus, elle courait sans
plus s'arrêter hurlant son nom en espérant l'apercevoir cacher dans
l'un de ses recoins sombres où la clarté du soleil n'éclairait
pas. Elle cherchait, les dents serrés, il l'aimait, il ne pouvait
pas partir comme cela après ce qu'ils avaient vécu … Elle
l'aimait tant, elle le voulait. Tournant sur elle même les poings
serrés, au sommet de cette colline qui était longue de plusieurs
mètres, elle s'arrêta net et se décida de se donner la mort.
Jamais de sa vie, elle ne pourrait vivre sans lui, jamais elle ne
pourrait retrouver un sourire ou encore une lueur de bien être en
elle sans que lui soit à ses cotés. Mais une senteur froide et
répugnante la braqua, elle se figea et ses traits devinrent livides.
Baissant les yeux vers l'herbe qui venait de reprendre d'un vert
éclatant avec ses fleurs qui s'épanouissaient en l'espace seulement
de quelques secondes, elle pivota sa tête lentement, la peur au
ventre de découvrir qui se cachait dans son dos. Elle en oubliait
même de respirer, les yeux écarquillé, son regard se posa sur ….


- Midir …

Celui ci la regardait avec un regard
amusé, les mains un peu relevées et croisées sur le bas de son
ventre. Il portait l'une de ses grande capes de magicien des temps
moderne. Ses yeux étaient rouges vifs de colère et aucun mot ne
sortit de sa bouche. Elle le redoutait, c'était le sorcier de cette
Lilith et elle savait clairement qu'il en était plus que redoutable
dans son domaine. Elle recula, d'abord lentement, pour ensuite fuir à
grande enjambée. Tout tournait autour d'elle, elle voulait crier en
direction de Glenna, de Hoyt, de Larkin ou encore de Blair pour
qu'ils viennent l'aider, pour qu'il l'aide à fuir du mieux qu'elle
le pouvait. Cette sombre peine qui lui martelait le coeur l'empêchait
de réfléchir, de faire quoi que se soit de cohérent jusqu'à ce
qu'un rayon de lumière intense se déversa sur elle comme un éclair
tout droit descendu du ciel. Tout son corps tomba sur le sol, et les
dernières images du soleil qu'elle vit était celle de son peuple
heureux qu'ils aient combattu les forces du mal, ensemble et réunis.
Un sourire aux lèvres, la tête de Moira claqua sur le sol, sur ce
sol où la victoire triomphait avec effervescence.

*

-Est ce que la petite est réveillée ?

Alors qu'il avait attrapé
un humain bien dodu, le vampire encore vivant de cette énorme
guerre, ne répondit même pas. Les lèvres emplit d'un sang rouges,
il était concentré sur la nourriture qu'il avait devant les yeux,
s'acharnant à sucer toutes les membres de cette homme charnu. Il les
suçait jusqu'à la moelle, les temps étaient dur pour ses sangsues,
ils avaient été affaiblis par ce rayon de lumière qui s'était
levé alors que les ténèbres avaient sombré sur le jour.

-Répond!

Le vampire se décida enfin
de lever la tête, la commissure de ses lèvres débordantes de sang.

-J'en sais rien, allé voir par vous même!

Midir fut extrêmement vexé
de cette réponse et d'un geste de main accompagné d'une incantation
mortelle, il donna la mort à cet importuné. Il l'enjamba …

-Au moins, tu ne pourras pas dire que tu as eu le dernier repas du condamné!

Souriant d'une manière plus
que démoniaque, il s'avança vers les sous sols et ouvrit la porte.
Un élan de bien être l'ensevelit. Des cris d'humains hurlèrent
dans leur cage, tapant contre les barreaux. Les insultes fusèrent,
les cailloux trouvé sur les murs qui les entouraient et qu'ils
avaient arraché du bout de leur ongles, se jetèrent au pieds du
grand mage. Mais ce dernier n'en avait que faire de ces humains, ils
n'étaient pas vampire après tout, il s'en foutait de ce sang qui
coulait en eux et de cet acharnement de lui donner des coups. Rien ne
l'atteignait. Il chercha du regard une tête brune^^ au long cheveux
tressé, il s'avança encore penchant la tête à droite, ensuite à
gauche et il s'arrêta lorsqu'il vit, une jeune femme abordant son
visage digne mais rongé par la peine contre les barreaux de sa cage,
le regard vide; les joues encore humides dont les larmes avaient prit
leur place. Plissant les yeux, il fit quelque pas pour arriver devant
elle, s'abaissant à son niveaux …

-Bonjour Moira …

La tête toujours baissée,
elle ne répondit pas. Figer dans sa tristesse, elle ne pouvait plus
rien ressentir, plus de peur, plus de crainte, que de la douleur pour
son amour envolé par le temps.

-Je peux te laisser sortir d'ici, mais pour cela, j'ai besoin de l'une de tes faveurs...

Moira releva les yeux vides
vers ce sorcier qui ne cessait de sourire.

-Je n'ai besoin de rien et vous n'aurez rien de moi. Laissez moi attendre ma mort …

Midir haussa les sourcils …

-Réaction digne d'une grande reine, d'une grande guerrière. Mais je ne veux pas que vous mourrez, épargnez moi cette idée je vous prie. Si je vous ai demandé ici, c'est que j'ai une petite idée derrière la tête, et permettez moi de vous dire cela …

Il se rapprocha de la cage,
dans son dos pour avancer sa bouche vers son oreille ensevelit par
ses cheveux, qui malgré les jours qu'elle avait passé sans faire sa
toilette, sentait encore ce doux parfums oranger dont elle ne cessait
d'émaner.

-Que vous refusiez, cela m'est complètement égal. Vous serez mienne, très bientôt.

Moira ressentit un
craquement dans son ventre et ferma les yeux. Tout s'intensifia en
elle, sa tête se relevant doucement, elle se retourna et c'est une
colère monstrueuse qui s'empara d'elle. Les deux mains sur les
barreaux, elle essaya de les briser, de les secouer, de les éclater
afin de partir, de fuir ce qu'il venait de dire mais lorsqu'elle
essaya en vain, elle s'arrêta de s'acharner et fixa de son regard le
plus meurtrier Midir et dit d'une voix lente mais chargé de haine …

-Quoique vous fassiez avec moi, qu'importe le sort que vous allez me jeter, jamais je ne vous appartiendrait! JAMAIS!

Midir ne faisait que sourire
à ses mots qu'il trouva encore plus exquis lorsqu'elle les lui
balançait en plein visage. Sa reine était morte et il comptait bien
s'en approprier une autre et celle ci, en tant que vampire, ne sera
que plus digne de toutes les espérances qui s'étaient fondé en
lui, pour son futur, son avenir dont il se voyait maitre du monde.

*
Elle ne savait même plus
quel moment était le jour, et l'autre la nuit. Elle devait avoir les
yeux cerné de noirs par le manque de sommeil qu'elle s'était
infligée afin de pouvoir s'attendre à toutes attaques de Midir.
Elle ne connaissait pas la date de ce jour, elle savait seulement,
tout du moins, elle avait un espoir énorme que l'un des siens allait
intervenir et venir la délivrer de ce tourment infernal dont elle
n'en voyait pas la fin. Déjà frêle et mince de nature, ses os
ressortait de sa chair, elle était devenu pâle comme un mort et un
coup de vent aurait pu la rétamer au sol. Les personnes qui se
trouvaient autour d'elle n'avaient même plus le courage de crier,
terrer dans leur cellule, ils ne disaient plus rien, devenant presque
fou. La cage juste à ses côté était abrité d'une jeune femme,
pire que belle mais amoché par les jours qui se découlaient sans
soins, sans nourriture potable. Moira lui parlait de temps en temps
jusqu'à ce que leur conversation ne ressemblait plus à rien, cette
jeune femme prénommé Sofia, s'appelait parfois, « le Roi
Arthur » qui viendra délivré tout les humains emprisonné
dans ce sous terrain. Moira comprit qu'elle était tombé dans la
folie excessive et qu'elle ne pouvait plus rien pour elle. D'autre,
attendait la mort patiemment, et certains se faisaient enlever en
pleine nuit pour être ainsi dévorer, alors que leur cris
l'atteignit de plein fouet à chaque fois. Moira, par contre, tenait
bon. Elle ne voulait pas offrir à ses créatures de la nuit, cette
jou******* que de perdre espoir ou encore, montrer quoi que se soit
comme signe de faiblesse, la peur, elle l'avait éradiqué de sa vie.
Mais sa préoccupation première était Cian, elle se demandait
constamment ce qu'il devenait, ce qu'il faisait, ou encore, si il
était sur le territoire pour la chercher … cet espoir s'effaça
vite, car elle savait pertinemment qu'il ne reviendrait jamais après
la promesse qui lui avait faite, il ne voulait pas la faire souffrir
à vivre à ses cotés alors qu'elle n'était qu'une simple humaine.
Il ne serait pas là car il le faisait pour son bien, mais ce qu'elle
voulait plus que tout au monde, c'était lui, qui l'enlève de ses
griffes mornes de la nuit afin de se consoler dans ses bras, certes
dur et froid, mais si chaleureux et puissant lorsqu'elle s'y
blottissait.

Un bruit la fit sursauter et
sortir de ses pensées, elle regarda du coin de l'oeil qui cela
pouvait être … Un vampire, il venait chercher sa nourriture.
Lentement, ces pas claquèrent au sol, ce qui provoqua un tintement
des plus assourdissant mais surtout, des plus funèbres. Qui allait
se faire dévorer aujourd'hui ? Qui allait voir ses jours finir dans
ce trou noir, où seul une chandelle de cire noire allumait la pièce
? Son regard toujours baissé, ses yeux s'écarquillèrent
soudainement lorsqu'elle entendit le cliquetis de sa cellule se lever
avec légèreté …

-ne me force pas à aller t'attraper de force, viens par ici ma jolie …

Cette voix si diabolique
provoqua en elle des sueurs froides, mortelles. C'était le moment
pour Moira, elle allait mourir. Tout bas, en marchant devant ce
vampire, elle récita ses plus grande prières, les plus divines à
ses yeux en omettant pas de faire part de ces dernière pensées pour
Cian, elle espérait qu'il les entendrait là où il était, afin de
lui faire entendre tout son amour avant de mourir. Elle arriva au
bout du couloir et un espoir soudain la transperça, elle se retourna
et assailli le vampire d'une droite qu'il esquiva sans aucun
problème. Un tantinet fâché, il lui donna un coup de pieds en
plein ventre, elle tomba au sol, gisante de douleur tellement la
force de son assaillant était puissante.

-Relève toi et ne m'oblige pas à recommencer …

Ce tunnel lugubre et froid,
où l'odeur du sang lui attaquait les narines comme une odeur trop
puissante de produits ménager, chavirait sous ses yeux.
Difficilement, lourdement, elle se releva … Le vampire la poussa et
elle avança, les membres flageolants et douloureux. Ils débouchèrent
dans une pièce assez luxueuses. Des bougies étaient placées de
part et d'autre de la pièce, un lit en baldaquin aux voiles blanc
étaient disposés le long d'un pan de mur et deux vampires, les yeux
rouges vifs de plaisir, étaient placés à la droite et la gauche de
Midir qui lui était confortablement installé dans un fauteuil, d'où
les diamants étincelaient.

-ma petite Moira, Reine de Gaell, l'érudite, et la tendre moitié de notre cher … Cian.

Moira le regardait droit
dans les yeux, elle ne voulait pas les baisser face à un homme imbus
de lui même, pensant qu'il pourrait obtenir tout d'elle même
faible, il n'aurait pas sa dignité, son courage. Elle ne cilla pas.

-Tu as une force de caractère très … surprenante dis moi.

Il se leva et fit le tour de
sa petite personne.

-Tu as battu des records. Ta force de vivre est très admirable. Est ce donc cet homme vampire qui t'aide à surmonter ce que je t'ai infligé durant des semaines ? Mais bien sûr, ou avais je donc la tête! Tu es
faites pour être l'une des nôtre Moira, je te veux dans mon équipe, je veux que tu serves les forces du mal, qu'on reprenne là ou tes petits amis et toi même avez combattu cette force que nous avons déployer et qui ne cessait de gravir. Je sais que tu peux le faire car je sais au fond de toi ce qui te fais mal …

Moira n'arrivait pas à
croire que cela faisait des semaines qu'elle était déjà là. Elle
ne lâchait pas Midir du regard mais son pouls s'accélérait, ce qui
affolait le regard de ces deux vampires qui eux aussi, ne cessèrent
de la regarder.

-Ta petite vie d'humaine ne t'apportera jamais rien auprès de l'homme que tu aimes. Tu vieilliras alors que lui sera entrain de se taper d'autre femme, nettement plus jeune. Ne se voilons pas la face, un homme en colère baise et le tient est certainement entrain de se payer une bonne partie de plaisir en ce moment même…

Le regard de Moira fut
frustrant mais à la fois, il y relevait tout les défi. Elle savait
qu'il avait tort et que Cian serait incapable de faire une telle
chose, enfin … La tête baissée, elle comprit qu'il avait
l'éternité devant lui et que des femmes, ils allaient encore en
toucher.... Elle ferma les yeux et l'index de Midir vint caresser sa
joue.

-Tu crois que je ne t'ai pas entendu pleurer toutes ces nuit où tu n'arrêtais pas de crier son nom. Peut être dans l'espoir qu'il t'entende ? Il ria d'un rire machiavélique. Tu ne sais même pas où nous sommes et toi, petite et stupide, tu vas croire qu'il va courir ici avec son étalon noir pour nous défier, alors que comme il te l'as dit, il ne reviendra jamais … Pauvre de toi … Ce que je te propose, c'est simple. Je vais te donner cette chance qu'il vienne à toi, que vous viviez d'amour et d'eau fraiche durant une éternité complète …

Moira, intelligente comme
elle l'était savait déjà ce qui allait se passer. Les mots du
sorciers étaient affreux à la diction, affreux dans le sens qu'il
invoquait et affreux pour le trou béant de son coeur qui ne cessait
de s'agrandir au fur et à mesure des mots qui surgissaient en elle
comme des coups de poignard. Ils allaient faire d'elle une vampire
pour se venger de la mort de Lilith. Elle le comprit lorsque Midir
dit « qu'il vienne à toi », il voulait que son amour
passe les remparts de cette endroit qui sentait le sang dans les
moindres recoins, dans les moindres rainures des briques qui
parsemaient les murs. Le souffle coupé, elle baissa les yeux … La
fatalité était là, elle ne pourra rien y faire.

-Je vois que tu comprends vite ma petite … Comme tu le sais, c'est pas moi qui vais te mordre, c'est l'un des deux vampires que tu choisiras, tu boiras mon sang ensuite, car tu seras à moi et je ferai de toi, ce que je voudrais.

Alors que Moira fut prête à
exploser de rage à ses mots cruels, aucun son ne sortit de sa
bouche. Elle porta vivement une main à sa gorge, les yeux apeurés,
regardant Midir avec ses yeux d'un gris virant au noir prêt à
exploser tellement ceux ci ressortait de leur orbite. Sa voix avait
disparue …

-Tu ne crois quand même pas que je vais me casser les oreilles à t'entendre jacasser lorsque tu te feras mordre ma jolie. Chaque femme que je baise, je les aime silencieuse au départ et très sauvageonne par la suite. Tu l'as retrouvera ta voix, ne t'inquiète donc pas. Cependant, choisit celui qui engendrera …

Moira courait vers lui pour
le ruer de coup mais ses poings tapèrent un mur invisible, toute la
force qui lui restait demeurait dans ses poings qui frappait avec
fermeté le corps du mage entouré d'un bouclier qui l'avait créer
en décelant la colère de Moira. Tombant au sol, Moira pleurait
silencieusement, elle ne savait plus quoi faire, elle était vouée à
devenir vampire, sans que personne ne lui vienne en aide, elle était
seule au monde dans cette maison de vampire. Ne pouvant choisir son
vampire, Midir se chargea de lui donner le plus brutal, le plus
colérique et le plus envieux de la toucher. Elle n'avait aucune
échappatoire, Midir était bien plus puissant qu'elle ne l'avait
jamais pensé. Couché sur ce lit qui sentait l'odeur macabres de
tout les cadavres qui ont été déversés, elle ferma les yeux alors
que ses poings étaient serrés sur ses draps qu'elle arrachait du
bout des doigts. MiDir l'avait soigneusement posé sur ce grand lit
qui pouvait comprendre entre trois et quatre personnes. Le vampire
lui lécha le cou, passait ses mains sous sa tenue de guerrière
qu'elle portait toujours depuis la vallée pétrifiée. De sa voix la
plus suave, il lui demanda de se détendre et d'ouvrir les yeux.
Moira fit non de la tête, même si elle ressentait l'envie de les
ouvrir, pour être forte de ce qui allait se passer. Jamais elle
n'avait fermer les yeux devant un danger, jamais elle ne faiblissait.
Il embrassa ses seins et en ce moment même, elle rêvait d'avoir un
pieu en pleine main opur le lui percer en plein coeur. Alors que ces
yeux s'inondèrent de larmes, elle les ouvra et le vampire,
furieusement s'empara de sa gorge qui lui arracha en s'abreuvant de
son sang, il ne s'arrêtait plus et Moira se sentit encore plus
pantelante que jamais avec ses doigts enfoncer dans la chaire de ce
vampire qui puisait tout son sang, elle se vidait et sentait l'influx
sanguin de son corps s'extérioriser de chacune de ses veines mais le
vampire coupa son poignet pour lui rendre le sang, afin que sa
transformation se fasse … Elle but à ne plus s'en arrêter, une
réaction des plus incontrôlable se fit en elle, elle était
excitée. Se cambrant sous l'effet dévastateur de tout ce sang qui
se répandait à présent en elle, elle s'arrêta pour se débarrasser
de son haut qui lui cintrait la poitrine, comme si la respiration lui
manquait. Elle reprit le poignet avec force et sa langue parcourait
la longueur de son bras comme une femme qui était avide de sexe.
Sachant encore qui elle était, elle se criait dans la tête
d'arrêter, qu'elle ne devait pas faire ça, qu'elle préfèrait même
mourir que de prendre plaisir avec cette bête qui ne faisait que
sourire à son comportement qui ne l'étonnait pas. Mais Midir arriva
sur le lit, expulsant d'une main ferme le vampire et s'empara des
lèvres de Moira, goulument.

-j'ai toujours voulut me taper une reine, c'est si jouissif ….

Sur ces mots, il se coupa le
bout de la langue pour qu'en l'embrassant, elle puisse s'abreuver de
son sang qui ne faisait qu'augmenter son plaisir suprême que de
nouer un lien féroce entre eux deux, car le sorcier, savait que sa
soif de vengeance allait être assouvit et que tôt ou tard, il
ferait part de la nouvelle à Cian qui se pressera de venir l'aider
….Et Midir la pénétra rageusement.

*

Moira ressemblais à une de
ses innombrables créatures de la nuit, le teint pâle, cette envie
si forte de sang et ce coté très machiavélique qui s'était emparé
d'elle ne faisait plus d'elle qu'une catin, comme certains vampires
l'avaient si bien surnommé. Élégante à souhait, elle se baladait
à travers le couloirs, avec un livre en main tout en jetant des
regards noirs à chacun de ses hommes dont elle n'appréciait pas la
présence qui osaient la mater ou encore lui toucher les fesses.
C'était si fréquent dans cet endroit, la décadence à l'état pur,
les couples polygames, les caresses publiques et les baisers plein de
sous entendu qui se termine très souvent dans un corps à corps sous
le yeux des autres vampires qui se faisaient un plaisir de rejoindre
le duo ou encore le trio. Elle essayait au maximum de chasser ces
images qui sincèrement la perturbaient, elle qui avait toujours été
prude et très timide dans ses ébats sexuels se voyait confronter à
des choses qu'elle avait toujours penser impossible à faire, ou
encore inimaginables. Elle s'enfonçait dans le fond du couloir avec
cette démarche guillerette car elle venait, il y a juste une poignée
de minutes, de dominer un bel étalon à l'allure musclé, aux yeux
bleus munis d'une chevelure noir. Ce breuvage de sang consistait
toujours une étreinte, c'était un supplice mais une vérité.
Intense et luxurieux comme l'était l'endroit, les âmes très peu
pures se répercutaient sur elle, et faisait des pas de travers
constant. Elle ne prenait aucun plaisir, sauf lorsque Midir se
forçait à lui lancer un sort brutal qui la forçait parfois à
crier son orgasme, à pousser des gémissements qui faisaient
trembler les murs du territoire. La fin de leur deux corps réunis se
terminait toujours, aux yeux de Moira, comme un viol par excellence.
Midir lui savourait souvent cela avec une grappe de raisin qui
mangeait d'une manière très arrogante, alors que la belle et digne
moira, se terrait sous les draps car certes, elle devait rester, elle
ne pouvait fuir au cas où il en redemanderait. A chaque fois qu'elle
devait s'y soumettre, elle plaçait au centre de ses pensées une
image de Cian, afin que sa force et son courage ne s'efface pas dans
ces étreintes, dans les supplices que plus irrespectueux de Midir.
Cian était ces barrières, sa source de vie, sa part d'humanité qui
s'était enfouie à des kilomètres de ce qu'elle était réellement.
Cian, son amour, seul lui avait un pouvoir sur elle, le reste ne
comptait pas et n'avait jamais compter. Poussant la porte, elle se
retrouva dans la bibliothèque du territoire, en effet, elle avait
dit à Midir que la seule chose qui lui manquait ici, était un
endroit pour elle se recueillir, où elle pourrait savourer ses
passions au delà du temps et en pleine journée. Il le lui avait
créer, pensant que cela l'aiderait à chasser ses idées de vouloir
quitter cet endroit qui après des mois, elle ne se sentait toujours
pas à sa place. Il y avait des tables, des chaises, des divan, des
fauteuils mais Moira, aimait plus que tout, se poser sur ses fesses
en plein milieu de la pièce, entouré d'une dizaine de bouquin sur
lesquels elle travaillerait d'arrache pieds. Les sujets fusaient,
l'étude des arbres, la veille et tout ses chants les plus célèbres,
les chevaux même si elle en connaissait déjà la tonne de chose,
elle étudiait le sang, l'économie … Elle étudiait tout ce qui
avait un rapport avec Cian, tout simplement, se remémorant chaque
souvenir de ce qu'ils avaient vécu tout les deux, lorsque leur deux
coeur criaient leur amour à n'en plus finir. Coucher sur le sol,
elle croisa ses mains sur son ventre, ses yeux rivés sur le plafond
… Jamais personne venait dans cet endroit, c'était un lieu bien
trop intellectuel que pour les voir planter là, à lire un bouquin,
ou encore en ouvrir un ...Sauf si leur fantasmes serait de baiser
dans un lieu emplis d'histoire fantastiques, d'histoires d'amour ou
encore scientifiques. Mais savaient ils ce que c'était la science ?
Elle pouffa de rire … Moira sourit lorsqu'elle vit apparaître le
visage de Cian au dessus d'elle.

-Mo chroi, dit elle.

Elle savait que cela n'était
que son imagination, mais complètement à l'ouest de ce qu'elle
était réellement, elle pensait devenir folle en voyant se visage
qui lui parlait ou qui lui souriait. Cela dépendait des jours, de
son humeur.

-Moira ….

Elle haussa les épaules.

-j'adore quand tu dis mon prénom, tu en as mis du temps à pouvoir le dire. Je suis bien heureuse que tu ais enfin contraint tes peurs. Un ange passa. Comment vas tu ?

Le visage qui regardait
Moira souriait, elle ne vit que cela. Elle aurait aimé qu'une main
passe au travers de son imagination afin qu'il lui caresse le visage
avec douceur, avec tendresse qui se mêlait à un visage aux traits
terriblement arrogants et puissant.

-C'est plutôt moi qui devrait te demander comment tu vas ?

Haussant les épaules, elle
fit une bouche en forme de coeur, soucieuse de ce qu'elle ressentait
vraiment. Moira devenait folle, en effet, n'ayant plus de repère
mise à part Cian en son coeur, tout la ramenait à cette réalité
atroce que d'être dans un monde auquel elle appartenait à présent,
sans pour autant bannir celui qu'elle aime et qu'elle aimera
éternellement.

-Je crois que ça va. Je n'arrête pas de tuer, je me gave de sang comme je me gavais de vin au royaume lorsqu'une petite cérémonie était mise en place. Et cela ne me va pas du tout, je te vois alors que je ne sais même pas où tu es, ce que tu fais, si tu m'aimes encore, si un jour je te reverrai … Peut être que non, je ne vais pas bien, mais je laisse paraître le contraire. Comme une reine …

Le visage se blêmit et la
voix devint froide, très froide.

-Moira, reprend toi. Tu es stupide et désinvolte. J'ai connut en toi la guerrière, la femme forte qui avait en toi … ne la chasse pas de ton âme, ne chasse pas ses qualités qui ont fait que je t'aime et que je ne t'oublie pas. Reprend toi bordel! Réfléchis, fait marcher cette machine à penser qui te sert de cerveau … Moira, ne baisse pas les bras, fait le pour moi.

Moira ferma les yeux et se
releva en toute hâte mais une main vint lui gifler la joue dont la
lourdeur de ses cheveux vint taper son autre joue. Elle porta sa main
sur l'endroit et regarda Midir.

-Tu lui parles!!! Mais tu deviens folle ma pauvre fille!

Moira ne dit mot, elle
encaissa juste le coup. Secouant la tête, elle comprit que quelque
chose vint de se passer en elle, qu'une remise à l'ordre venait
d'être faite et qu'une abondance d'énergie et d'humanité venait de
prendre part de son être. Rassemblant tout ses livres, sans regarder
midir et d'un geste nerveux, elle essaya de sortir de la bibliothèque
mais d'où il était, il ferma la porte d'un geste de main, la magie
l'emportait toujours.

-Tu vas rester avec moi ma belle, tu dois être punie pour ce que je viens de voir.

Et c'est là que l'idée du
sang de Mage lui vint à l'esprit. Une lueur d'espoir et de
libération s'est empreint de son visage, mais elle dissimula
directement cela pour ne pas qu'il se rende compte que ce plan plus
que ingénieux venait de se mettre en place dans sa tête. Elle lâcha
les bouquins au sol et avança vers lui de sa démarche la plus
féline qui soit, arrachant les boutons de la chemise de Midir avec
un de ses ongles bien aiguisé ….

-Me punir ? Tu sais que j'aime cela … Mais ….

Elle l'embrassa avec une
telle ardeur et une telle sensualité que Midir garda les yeux clos
lorsqu'elle s'enleva.

-Tu sais ce que j'aime le plus ?

Son doigt fin et frêle
parcourait le torse du mage qui se sentait légèrement bizarre à
cette franchise de Moira, d'habitude, il devait la forcer ou encore
lui lancer un sort radical pour qu'elle atterrisse dans son lit. Ici,
il en était tout retourner, incroyablement surpris et prit
d'excitation soudaine …

-Quoi donc votre majesté ?

La langue de Moira caressa
son oreille …

-Votre sang …..
*

Moira était dans une énorme
chambre, dont la blancheur de ces draps lui piquait les yeux. Lavée
et habillée d'une robe vert émeraude, elle se réveilla en douceur
avec cette douleur dans la gorge qui s'intensifiait lorsqu'elle
sentit l'odeur du sang juste à ses cotés. La jeune femme qui se
prenait pour le roi Arthur était lié à des chaines, à genoux. Un
bandeau blanc maculé de sang lui barrait la bouche et ses yeux
imploraient sa liberté. Une pancarte était posté au dessus de
cette jeune femme où il était indiqué

Votre déjeuner est

servit votre majesté.

La
terreur se lisait sur le visage de Moira, elle avait cette envie
redoutable que de gouter à son sang qui avait été régénéré
avec grâce et cette volonté de ne pas y toucher car cela passait au
dessus de toutes ces convictions d'humaines, ne jamais tué
d'innocent. Elle pensa alors au pochette de sang de Cian, du sang de
porc, pourquoi ne pourrait elle pas en faire autant ? Pourquoi
devrait elle se gaver de sang humain pour se nourrir ? Non, elle ne
pouvait pas le faire et pourtant, sans rien comprendre à ce qu'il se
passait, sa vitesse vampirique l'emmena auprès de cette femme et
d'un coup de mâchoire bien placé sur la longue veine de son cou,
elle lui enleva tout ce liquide rouge qui régnait dans son corps qui
était magnifique. La carcasse au sol, encore lié par les chaines de
fer, elle regardait le désastre qu'elle venait de causer et en eut
la nausée, pas celle qui vous rend malade, celle qui vous donnait
encore cette envie féroce de prendre une autre personne pour lui
infliger le même sort. La porte s'ouvrait à la volée et Midir fit
son entrée. Jetant un oeil à la jeune Sofia.

-Comme je vois, mon présent a été d'une grande saveur. Si je …

Moira le
coupa directement.

-J'en veux encore …

Une main
posé sur son ventre et les yeux rouges prêt à exploser, elle ne
regardait que le sol avec cette brûlure qui s'étendait encore dans
sa gorge. Midir n'en fut que plus ravie et il prit son couteau et
s'entailla les veine pour le déverser dans une soucoupe profonde en
argent.

-Tient ma chérie, je t'offre le mien. Je sais à quel point tu l'aimes.

Si moira
s'abreuvait de son sang c'est parce que de tout les livres qu'elle
avait put lire dans la bibliothèque de Cian, prouvait que si un
vampire buvait du sang de sorcier, celui ci pouvait en certain cas,
acquérir des pouvoirs et c'est ce qu'elle espérait, afin de se
délivrer et ne pas faire venir Cian. Midir n'avait jamais offert son
sang et il ne connaissait pas les bienfaits que son propre sang
pouvait avoir comme conséquence. Malheur à lui, ça marchait sur
Moira. Elle but la soucoupe en une traite, comme un médicament
contre son espèce et elle ferma les yeux tout en relevant la tête
au ciel pour que celui ci s'imprègne bien de ces veines.

- Ce soir, je donne une petite fête dans la salle de danse des tunnels. Et bien évidemment, je te veux toi comme cavalière pour ensuite, terminer dans mon lit comme tu sais si bien le faire. J'espère que je peux compter sur toi ….

Il
n'attendit même pas la réponse et partit de la pièce en claquant
la porte. Moira tomba au sol, laissant répandre les pans de sa robe
en dessous d'elle. Fuyant sa tête dans ses paumes gracieusement
soigné par la magie de Midir, elle pleurait à s'en perdre dans ses
mains humides. Elle aurait aimé s'effacer, partir au plus vite, se
dégoutant de ce qu'elle faisait comme atrocité autour d'elle et de
ces scènes de sexe que ce magicien lui volait. Voilà deux années
qu'elle était enfermée ici, dans ces tunnels qui respiraient la
mort, ne sortant jamais. Midir avait créer des barrières tout aux
alentours du domaine souterrain pour ne pas qu'elle prenne la fuite,
des barrières magiques, impossible à franchir. Têtue comme elle
l'était, il savait qu'un jour ou l'autre, elle allait essayer par
n'importe quel moyen de s'enfuir à la recherche de son amour perdue
mais ce qui se produisit, fit afficher un sourire radieux d'un
soulagement total à ce qu'elle endurait. Elle disparaissait!!!!!!!!
Se voyant effacer comme dans un miroir en tant que vampire, elle
regarda d'abord ses mains qu'elle ne vit plus. Baissant la tête vers
ses pieds, elle ne vit rien. A la hâte, elle réfléchis a ce
qu'elle devait faire, avec enfin cet espoir de partir loin, en
Irlande plus précisément, là où elle l'espérait du fond du coeur
que Cian l'attendait. Son coeur ne battait plus, sensation divine qui
lui manquait atrocement mais elle ouvra la porte dont un garde qui se
tenait devant eu une stupéfaction des plus horribles Il entra dans
la chambre et la vit vide, seulement le corps de la jeune femme
bailloné qui jonchait le sol.

-Maitre!!!!! Maitre!!!!! s'écriat il.

Il
releva le matelas, ouvra les armoires mais rien. La panique venait de
naitre dans chacune des pièces de leur territoire. Midir accourait
et se demandait ce qu'il se passait mais il ne dut pas posé la
question qu'il sut directement ce qu'il se tramait.


Moira
courait à n'en plus finir, elle ré apparaissait à certain moment
criant mentalement qu'elle devait disparaître et contre toute
attende, son corps l'écoutait. Elle se pencha sur un mur lorsqu'elle
vit les autres gardes vampires arrivés en courant et encore,
stupéfaction, elle passa au travers! Tout le sang accumulé de Midir
s'intensifiait dans ses veines et le pouvoir se répandait dans
chaque partie de son corps. Prise de panique de voir qu'elle avait
atterrit dans la chambre de torture, elle sauta à travers le mur et
se prit un vampire en pleine face.

-mer**! Dit elle alors que son corps était là, tout entier devant ce gars à la mine dépravé. Elle ferma les yeux et devint à nouveau invisible au moment où l'homme lui attrapa la gorge.

Celui ci
était prit de panique et la lâcha, mais Moira ne se donna pas deux
secondes pour lui prendre son épée et le trancher d'un coup vif à
la gorge. La fin du tunnel était proche, elle regardait en sa
direction et se remit à courir encore plus vite. L'énergie de sa
nature de vampire lui fit pousser des ailes dans le dos; elle souleva
l'énorme pierre et un cris retentit dans sa gorge. Il faisait
jour!!!!! Brûler, elle s'étendit sur le sol et se noya dans des
larmes de douleur qui redoublèrent à chaque seconde qui passait.
Mais elle devait fuir, absolument. Rampant jusqu'au mur, elle passa
au travers et se retrouva dans la chambre d'un jeune couple de
vampire qui se donnaient corps et ame dans une étreinte charnel plus
que bestial. Répugner de les voir se mordre elle rampa sous le lit,
réapparaissant pour récupérer de l'énergie, sans faire de bruit à
ses brûlures qui se répandait sur ses bras qui ont été les
premiers membres atteint.

Deux
heures passèrent et elle décida de quitter son trou, le territoire
était calme, même trop. Ils l'attendaient à l'extérieur, elle en
était certaine. Connaissant les moindres recoins de l'endroit, ayant
pendant deux ans vagabonder dans les couloirs toujours escorté, la
grande intelligence de Moira travaillait non stop. Elle savait que
par différent moyen, elle pouvait sortir même si la magie de Midir
s'était emparé des lieux. Elle pouvait le contrer avec cette magie
que Glenna lui avait apprit et celle dont elle s'était abreuvé dans
le sang du mage. Elle courait au plus vite vers un brin de lumière
noir qui passait derrière un énorme mur et poussa de toute sa force
de vampire pour le détruire, effaçant la douleur de ses marques par
le soleil. Un fracas retentit et des pas se firent entendre. Elle
escalada les pierres écorché par ses soins et passa au dessus pour
enfin, se retrouver libre. N'ayant pas le temps de savourer le bien
être du vent de la nuit sur la peau, elle courait de sa manière
vampirique la plus rapide pour atteindre les sommets de la vallée
pétrifiée où elle ne vit plus le territoire de ses vampires,
assoiffés de sang.
*
D'où
elle était, elle pouvait voir son château, son domaine où elle
avait régné aux cotés de son amour et de tout les gens qu'elle
aimait, qu'elle admirait. Une énorme mélancolie se mêla à elle,
lui nouant le ventre comme une dizaine de serpent qui s'étaient
emparé de chacune de ses entrailles. C'est à ce moment là qu'elle
se rendit compte de ce qu'elle était devenue, de ce qu'elle avait
fait et une peur grandissante s'ajouta à ce tas de noeuds qui ne
voulaient plus se séparer d'elle. Elle leva la tête au ciel et vit
que les étoiles brillaient à leur apogée … Une lueur attira son
attention, le visage figer à la douceur du vent, elle se leva avec
crainte, se demandant ce que cela pouvait être. Elle s'avança alors
prudemment vers cet objet scintillant encore de mille éclats, dont
elle pouvait même en déceler le bruit. Sa robe abîmée et déchirée
de toute part, elle s'y avança et prit cette objet qu'elle serra
contre son coeur. Un tas d'émotion naissaient, la délivrance était
donc bien là. Les mains jointes avec cette objet, elle ferma les
yeux à genoux, la tête à nouveau levée vers le ciel.

-Je vous en remercie Morrigan, merci du fond du coeur.

La clefs
du portail pour l'Irlande contre son coeur, elle se releva et marcha
…. Elle ne voulait plus se déplacer de cette manière inhumaine
dont son corps s'était emparé. Non, elle devait marcher, elle
devait aller le voir mais … Qu'allait il faire lorsqu'il allait se
rendre compte que c'était une vampire ? Que pendant deux années
entière elle s'est donnée à ses vampires, à ce mage pleine de
malédiction en lui ? L'aimait il encore ? L'avait il remplacé ?
Était il encore vivant ? Toutes ces questions se tramèrent dans sa
tête et d'un pas lent, elle se retrouva devant se portail qui
scintillait ….
*
Pendant
ce temps là ^^, alors que la nuit battait son plein en plein centre
de Gaell, larkin regardait par la fenêtre du château, la tête
ailleurs, la mélancolie des évènements passés dans le coeur mais
cette image lui fit plissé les yeux. Ouvrant le rideaux encore plus
grand, il ouvra la fenêtre pour être certain de ce qu'il voyait.

-Blair!!!!!!!!! Mo Chroi!!!! réveille toi!!!!!

Blair,
nue dans se lit si douillait retira le pieu qu'elle dissimulait sous
son oreiller et se mit sur pieds en un quart de seconde ?

-quoi,quoi,quoi ????

Elle
regardait partout et vit Larkin penché à la fenêtre.

-Vient voir ça!!!!

La
lumière se fit plus intense. Larkin savait ce que représentait ce
qu'il venait de voir et encore plus cette ombre, cette silhouette
fine qui lui rappelait étrangement celle de sa cousine. Son coeur
battait la chamade contre son torse et il se retourna vers Blair dont
l'image qu'elle arborait le fit sourire.

-Presse toi guerrière, il y a un truc la bas!!!

Blair,
encore chancelante de se sommeil profond dans lequel elle s'était
engouffré, vint devant la fenêtre mais toute lumière s'était
dissipé et larkin en resta perplexe. Blair regarda au loin, pencha
sa tête vers la droite, vers la gauche pour terminer vers Larkin. Et
elle arqua seulement un sourcil comme seule réponse.

-Mais… dit Larkin ne comprenant plus rien. J'ai cru voir les portes s'ouvrir sur l'irlande ….
Blair
toucha son front et palpa son pouls.

-Je crois que tu vas cesser de boire du vin avant d'aller dormir, ça ne te va pas du tout!

Toujours
pencher sur cette fenêtre, tout espoir s'étaient affaiblis et il
baissa les yeux vers la cours que le château offrait, immense et
ensommeillée.

-j'ai cru voir Moira …

Blair
prit d'un éléctrochoc en plein coeur, vint se poser derrière le
dos de son homme et lui enlaça la taille de ses mains robustes et
légères à la fois. Elle posa sa bouche contre l'arrière de son
épaule et y déposa un baiser qui se voulait très tendre et à la
fois, apaisant et réconfortant.

-Je sais que tu as toujours cet espoir larkin, mais tu dois te faire à l'idée qu'elle ne reviendra pas …

Sous le
coup de ses paroles, il se retourna vers elle, jetant un dernier
regard sur l'étendue de la plaine de cette vallée pétrifiée qui
était à présent fleurie. Outré de ce qu'elle venait de dire, il
s'avança vers le rebord du lit, où il s'assit et sa tête entre les
mains.

-Tu ne comprends pas, jamais elle ne serai partie comme cela Blair, jamais ….

A genoux
devant lui, Blair lui fourragea les cheveux tendrement.

-Pardonne moi Mon Amour, mais tu sais qu'on a tout fouillé, tout les moindres coins de gaell on les a dévasté afin de la retrouver … Je veux juste que tu te fasses à l'idée qu'elle ne reviendra surement jamais. J'en suis moi même triste, mais il faut que tu avances …

Larkin
prit sa moitié dans les bras et se coucha dans le lit qui
n'attendait qu'eux.

-Tu as certainement raison Mo chroi, dormons … Et dés demain, j'arrête le vin.

Blair
sourit et posa sa tête dans le creux de son épaule, les yeux encore
humide de la disparition de Moira. La nuit s'abattait sur eux comme
une douce vague qui leur fit fermer les yeux.

*

Moira
n'aimait pas la sensation que le portail pouvait provoqué. Elle
ferma les yeux et se retrouva dans une vaste plaine, énorme et très
belle devant la demeure de Glenna et Hoyt. Ce n'était pas eux
qu'elle voulait voir mais lui! Enfin, si, elle voulait les serrer
dans ses bras mais l'urgence des bras de son amour lui devenait
pesant, elle devait savoir si il était là, elle devait le voir, le
toucher … Soulevant les yeux vers sa demeure, sombré dans le noir
qui lui rappela les ténèbres, elle s'avança les poings serrés,
les yeux droits devant elle, cherchant n'importe quelle ombre qui
pourrait lui rappeler la silhouette de cet homme qu'elle n'avait
jamais cessé d'aimer éperdument. Disparaissant sans le vouloir,
elle pencha la tête de gauche à droite pour se souvenir que ici,
elle n'avait pas besoin de ce don qui lui avait sauvé la vie, qui
lui a fait reprendre tout espoir conquérant en son âme. Ses pieds
abîmé par les nombreux graviers qu'elle avait du parcourir, elle ne
cessait de marcher … Courir ne serait pas une bonne chose se dit
elle, il fallait qu'elle prenne le temps de savoir ce qu'elle allait
faire, ce qu'elle allait lui dire ou encore, encaisser ce qui
l'attendait dans cette maison dont la totalité de ses rêves avait
prit forme. Aimer d'un véritable amour, pur et sincère. Voilà ce
qu'elle avait trouver en cette maison énorme qui ornait ce paysage
des plus magnifique. Mais elle se décida de courir, de son allure
humaine retenant tout de même cette crainte qui ne s'enlevait pas de
son âme. Un vent vint lui caresser les narines et son coeur se prit
une coup de poing en plein centre qu'elle se cambra en avant par la
douleur que se souvenir fit retentir en elle. Son odeur … Il était
là … La palpitation, les membres tremblant, la bouche qui vibrait
pour retenir ses larmes, les yeux brillant par la lumière du ciel,
sa main serrée contre son ventre à s'en arracher la peau … Son
ombre sur cette chaise, sur cette terrasse, il était là … La peur
l'attrapa mais cette bouleversante nouvelle que de le savoir en vie
et que dans quelques secondes, elle serait enfin face à lui. Elle
prit son courage à deux mains, comme elle le pouvait et s'avança
vers cet être qui avait révolutionné sa vie et qui maintenant,
faisait partie intégrante de la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
RANG TEST

avatar
Avalone Vicente.


▌Messages : 675
▌inscris-le : 25/02/2010

MessageSujet: Re: L'après Moira ... Ven 2 Avr - 11:07

Bah oui hein ma femme!
Obligé de le mettre! x)
Je t'aime ...
Revenir en haut Aller en bas
♦Fondateur♦

avatar
Damon Salvatore.


▌Messages : 4413
▌inscris-le : 21/02/2010
▌Age : 38
▌Clan : Vampire

-Moi-
star : : Ian Somerhalder.
▌ Don:: Tu na pas idée
:

MessageSujet: Re: L'après Moira ... Mer 7 Avr - 20:01

oui obligé, et ces un plaisir de le relir encore, quelle belle nouvelle fin on leurs a donné ^^
je t'aime fort .....




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'après Moira ...

Revenir en haut Aller en bas

L'après Moira ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Over Century  ::  :: «Corbeille» :: fictions-
Sauter vers: